Pourtant...

Pourtant...

Pire qu'un "ça-va-et-toi", un laconique "tant-mieux",
Au parfum de "j'm'en fous", sans égard pour le gueux,
Si terriblement froid, qu'il le brise à cœur fendre,
Tourne le dos à tout, et l'envoie se faire pendre.
Pourtant, ce n'est pas toi, si peu de sentiment,
Et le couper de vous, c'est si déracinant !

(Jérôme, 7-11-17).

"Pleure, les larmes sont les pétales du cœur."
(Paul Eluard)

Jérôme dans Poésie.
- 179 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.