Pressez-vous de m'aimer

Pressez-vous de m'aimer. J'avais froid tout à l'heure.
Le vent du soir gémit comme un enfant glacé.
D'infatigables maux pleuvent sur ma demeure,
Et mes élans d'hier ont pour toujours cessé.

Car hier est si loin... si loin que, terrassé,
Je sens de toutes parts le néant qui m'effleure ;
Le fantôme d'un songe à peine commencé
Où ma vie, un moment, apparaissait meilleure.

Oh ! pressez-vous ! Je n'ai rien fait. Voilà demain.
Votre joue adorable et votre douce main
Seules peut-être ici, réchaufferont mes lèvres.

Pressez-vous. Le temps fuit. J'ai vécu par hasard ;
Mon coeur faible a sombré dans des jours las et mièvres.
Et je veux tant qu'on m'aime avant qu'il soit trop tard.

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Thierry CABOT dans Poésie.
- 1560 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Pressez-vous de m'aimer

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Lucie Laval Magnifique poème !
duchesse Très beau poème dont je suis incapable d'en faire autant, n'étant qu'un écrivaillon
baroco61 Magnifique Thierry : c'est Ronsard qui vous inspire ?
"...Et des amours, desquelles nous parlons
Quand serons morts, n'en sera plus nouvelle :
Donc, aimez-moi, cependant qu'êtes belle."
ange L'amour est à mon sens le seul but valable de la vie. On ne peut paraître heureux, comme on voit parfois des êtres paraître riches. Devant une telle poésie appelant l affect et la tendresse comme on avouerait avoir faim, je voudrais vous poser une question :que pensez-vous de l Amour fusionnel. MAIS je ne parle pas de l enfermement d une jalousie qui dirait : tu es mien, ne regarde personne, mais justement, partageons nos affinités profondes et que nos racines s'apprivoisent à jamais. Merci pour votre lecture qui a fait frémir mon cœur dans votre sens littéraire.
Thierry CABOT Merci, Ange, pour votre chaleureux commentaire.
Je préfère l'amour dans son acception la plus large à l'amour uniquement fusionnel.
Bien cordialement.

Thierry
Perceval Un solitaire en mal d'amour !
Pas facile, le temps passe si vite.
Très beau texte.
Amitiés
Marc
Thierry CABOT Merci à tous !
CrayonGris
zoraicha Époustouflant!Merci!

Alfred de Vigny

Poésie  1139  

La Métrique

Poésie  1354    5  

La célébrité

Inclassable  1617    4  

un quai de gare à Toulouse

Poésie  940  

Pierre de Ronsard

Poésie  970    2  

"Toi et moi" de Paul Géraldy

Poésie  1019  

Charles Péguy

Poésie  1084  

Théophile Gautier

Poésie  950  

Voltaire - le philosophe ...

Illustres ...  2646    9  

Alphonse de Lamartine

Poésie  1080  

Le sang du monde

Poésie  991    9  

L'automobile

Inclassable  1301    2  

Le bouquet fané

Poésie  1517    14  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.