profons méditation.

des l'armes dans mes yeux , mon cœur plein de tristesse.
au vent dans mes cheveux souvent il me caresse.
au trouble de mes nuits ,quand je moulais mon lit
 du temps de la colère ,qui déclencha cette guerre..
pour cracher lentement le feu de ce volcan.
il n'y à plus de place pour celui que l'on arrache.
vous êtes rejeté , même déraciné.
mais au fond de vos tripes ce qui souvent s'explique.
pour  combattre la peur et vaincre sa douleur..
comme un enfant sauvage, vous attraper la rage..
cherchant l'égalité , en toute l'liberté.
combien de différence et de nombreuses souffrances.
l'espoir d'êtres aimer qui ne sera jamais.
malgré le temps qui passe , vous garderez les traces.
de cette tragédie , des enfants de l'oubli.

jacques83navigateur dans Poésie.
- 41 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.