Quand chevalier de guerre revint ...

Quand chevalier de guerre revint, sa femme l'attendait toute en émoi :

-Vous êtes rentré à Mâtines,et nous voici à Vêpres.
Je me languis, les sens exacerbés et le sang en feu.
Messire manqueriez vous de courage
Que vous ne puissiez point
Prendre dassaut cette citadelle?
Ses défenses semblent bien fragiles,
Hérauts! Que lon sonne la busine!
Boutez vos hésitations et votre peur,
Palsambleu! Hissez votre étendard!
Ne serait-il triomphal que sur les champs de bataille?

- Que nenni! Vous me verrez gaillard à ferrailler, Dame Loïse
Aussi fort quune poignée de combattants.

- Quittez heaume, camail, gorgerin, et humez!
Humez! Humez vous dis-je
Les parfums de mousse, de lait,
Dépices, donguents,
De baumes, daromates
Qui sépandent en attraits.
La fleur qui se cache ruisselle de rosée.
Ô Tendre orchidée à butiner,
La délaisserez- vous longtemps encore?
Otez vos gantelets Bertrand, afin de me dépoitrailler,
Libérez donc ces douces colombes qui aspirent à lenvol.
Culbutez-moi morbleu, que je ressente votre ardeur!

-La clef de vos délices me fut dérobée lors d'un repos et j'en suis fort marri.

-Point de clef, point débats,
Quon amène le forgeron, quon déferraille la chaste ceinture,
Que je puisse apprécier la force de votre bélier!
Je vois que vous ne quittez pas jambières et gambison,
Seriez vous attiédi et point enclin à la marivaude?
Mes appâts ne vous échauffent-ils plus les sens?

-La bataille fut rude ma Mie, dit-il penaud. Je suis las et bien mal en point.

-Peste soit des hommes! Leur bravoure ne tient qu'aux champs de bataille!
La gloire est leur autel et ils y sacrifient leur épouse!

Les héros seraient-ils de si piètres amants qu'il nous faille succomber aux charmes d'un troubadour …..

lalavandiere dans Poésie.
- 1037 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.