Quand elle fait l’amour

Je ne vous dirai pas la douceur de sa peau,
Ni les grains de beauté cachés sous les dentelles
Qui s’offrent au détour de son intimité
Quand ma hâte délie les cordons bien noués
Qui masquent à la vue ce petit morceau d’elle
Où naissent des désirs à chaque fois nouveaux.

Je n’évoquerai pas la rondeur de ses seins,
Ni l’appel aux caresses en lisière de soie
Quand se posent mes yeux au creux de cette gorge
Qui ravive le feu comme le ferait une forge
Lorsque d’un geste lent je fais glisser mes doigts
Et que tout mon esprit se trouve dans mes mains.

Je tairai tous les mots qui décrivent ses reins,
Et ceux aussi qui disent, évoquant sa cambrure,
Les émois qui me font toujours tourner la tête
Quand partant à la guerre en rêvant de conquête
Je deviens un soldat déposant son armure
Pour ne pas engager un combat qui soit vain.

Je vous ferai languir en évoquant ses yeux,
Son doux regard de pluie dont tous les gris ruissellent
Quand il fixe le mien qui enfonce ses verts
Aux pupilles d’amour dilatées de mystères
Sous les paupières où coulent en larmes d’aquarelles
Les traces du plaisir quand le jour se fait vieux.

Je ne vous dirai pas ses gestes indociles,
Ni tous les mots qu’on dit pour ne pas dire encore
Quand le désir grandit au moment où déclinent
Les restes de raison dans le fond des abîmes
Où s’éteignent les feux dans la fusion des corps
Quand elle fait l’amour… d’un battement de cils.

Francky44 dans Poésie.
- 766 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.