Quand la fièvre m'envahie

Quand la fièvre m'envahie 


Sur le dos allongée
Au milieu de mon rien
Le visage apaisé
Un sourire aérien

J'ai la fièvre...

Tu es la mon aimé
Le reflet de tes yeux
Sur mes lèvres enflammées
En un sceau périlleux

Je frissonne...

Ton relief se dessine 
Ta lumière irradie
Ton aura je devine
Dans le froid de ma nuit

Je transpire...

Le parfum de ta peau
Flotte discret et divin
Ton arôme au sang chaud
Me plonge droit au ravin

J'illusionne...

Je tombe inconsciente
Inerte en tes mains 
Si douces accueillantes
Je suis  ton parchemin 

J'hallucine

Je me laisse envoler
Je ne suis plus matière
Dans les airs enlovée
Je poursuis mes chimères 

Je convulse...

Agréable léthargie 
Ta bouche qui m'effleure
Pur moment de magie 
Illusion en douleur

Je te rêve...

Naromi dans Poésie.
- 73 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.