Quand le soir est venu

 
Quand chaque soir est venu
Que le noir  vous remue
Chacun d'un besoin se cache
Le jour dans sa sage cache
Derrière les douces étoiles
Les défunts derrière un voile
Où la sure  paix se dévoile
Et les rues folles se vident
Les ombres dessinent rides
Aux passants qui  désertent
Toutes les  rencontres offertes
Qui se débarrassent de leurs  maux
Pour vous offrir  sain repos
 
 
Quand chaque soir est venu
La nuit ferme les volets
Sur les belles amitiés
Pour laisser place
Aux justes traces
De la sensualité
Qui ouvre la porte aux désirs
Pour laisser se  découvrir
Le temps de la liberté
Des pratiques du plaisir
Quand un  lai de soie réchauffe
Tentations qui  s'échauffent
Au contact de passions ardentes
Qui ne veulent oubli des  attentes
 
 
Quand le soir est venu
On ne compte plus
Tous  ces gens qui passent
Et encore repassent
Leurs pas au soir s'effacent
Et vos lumières s'éteignent
Dans votre intime où règnent
Vos esprits qui  s'imprègnent
De la nuit pour s'endormir
Derrière votre vie qui se chloroforme
Dans un autre inconnu décor
De ces rêves de l'encor
 
 
Quand chaque soir est venu
Se cache votre monde bourru
Votre volonté  s'égare
A l'heure d'une  gare
Où  le départ programme  sommeil
Dans le flot de merveilles
Que votre âme puise solitaire
Dans le grand festival de vos rêves
Pour vous cacher vu de la réalité
Qui ne sait vous accorder vérité
Et ne peut se montrer excellente
Quand le tout vrai  n'est fente
Pour vous laisser entrer utile
En votre raisonnement sorti d' asile
Quand on l'enfermait  derrière
Le dit d'un pouvoir  amer
 
Quand le soir est venu
Dans ma solitude ténue
Rien je ne cache dans l'ennui
Je rêve toutes mes folies
 
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1373 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.