Quand on cueillait sentiment

Je voudrai être riche
Mais me voilà ruiné
Je n'ai plus rien à espérer
Je laisse ma vie en friche
 
Qu'ai-je à savoir faire
Rien qui ne puisse être vrai
D'un tout qui est défait
Pour m'obliger à me refaire
 
Ma vie ressemble  désespérée
A ce tout qui ne serait bienfait
A une femme sans beauté
Qui se veut  être Miss été
 
Un homme qui a perdu ses bras
Mais qui voudrait pianoter
Un enfant qui est nait sans  pieds
Mais qui voudrait apprendre  pas
 
Un animal dans la nature, égaré
Qui voudrait  venir me saluer
Une mer de la plage qu'on admire
Mais prend  vos vies aux lames violentées
 
Il est toujours une voix qui me crie
Où as-tu mis le bel édifice d'hier
Que nous avions construit  fiers
sans barrière  et sans comédie
 
Tu as été l'artiste du printemps
Quand nos vie courraient bénéfices
De toutes ces belles années jolies
Quand on cueillait nos bons sentiments
 
Les ruines de ton château relève-les
Jouit ! de l'expérience du passé
II ne te faut être orfèvre un jour
Mais rester bon ouvrier pour l'éternité
 
Sache quel'amour ne sera jamais ruine
A qui le sertau quotidien fidèlement
Comme métierque chaque jour ardemment
On reprendpour n'en oublier la façon
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1057 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.