Quand tout s'en va.

Quand tout s'en va, que le coeur ne bat plus, que le regard se fixe dans le vide.

Quand tout s'écroule, que le silence se fait pesant, que l'esprit s'égare en de tortueux et noirs chemins.

Quand tout ne devient qu'indifférence, sans couleur et sans saveur,

Quand vos nuits et vos jours ne font plus qu'un, que reste-t-il alors ?

Un peu de pitié de gens qu'on croyait des amis,

Un peu d'amour, donné avec parcimonie, de proches qu'on croyaient si présents.

Que reste-t-il quand tout s'en va en déchirures, quand chaque jour est une nuit d'ébène.

Mon meilleur ami va mourir, question de jours, nous dit le cancérologue ,

 Dans un sinistre hôpital de Lille, d'un cancer foudroyant du pancréas.

Il aime tant la vie , sa femme et sa fille, et comment ne pas aimer la vie 

Quand on n'a que 5o ans !

Il ne prendra plus sa moto, pour partir avec moi,  sur des routes de plaisir.

Qui m'appellera désormais, quand j'aurai un gros coup de blues ?

Que te dire mon ami d'enfance, mon Hubert, mon copain de toujours,
sinon que cela finisse vite, je n'en plus de te voir souffrir ,
Et de t'entendre réclamer toujours plus de morphine.

Chaque jour est chemin de croix, et quand je te quitte ,  ferme la porte 364, 
Des larmes coulent sur mes joues, dans les sinistres couloirs d'Oscar Lambret .

Faire semblant, te sourire, te mentir, me déchire le coeur.

Puisses-tu à l'heure de ta délivrance, mon vieux copain,
Rouler à nouveau non à 9o km/h ou 130 km/h, mais à la vitesse de la lumière,
Sur des routes qui conduisent là, où l'amour est roi.

Je n'oublie rien, je n'oublierai jamais rien.

Marc de St Point dans Poésie.
- 113 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.