Qui suis-je ?

LUCYE RAYE …Récit de vie !

NOTRE BELLE LANGUE , Je continue à la promouvoir dans les poèmes….

Récit de vie de LUCYE RAYE car la poésie est devenue mon emblème !

Ses parents l’ ont-ils engendrée dans la chambre bleue
Où ils étaient heureux !
Dans la petite case créole des hauts
CILAOS :cirque tout là haut !
Ou dans le lit de la rivière ou sur un lit de mousse de la forêt
A scier des bûches pour la feu de bois même l’été ?

Qu’importe : la petite a vue le jour , des rayons de soleils
Traversent cette fenêtre à bascule:un arc en ciel !
Baptisée Lucie : prénom de lumière
Petite fille née d’amour et de prières !

A peine savait-elle marcher
Qu’elle les accompagnait sur le sentier
De la rivière à la saison
Des cressons !

A peine savait-elle parler
Que son père lui faisait répéter
Sa première comptine « Il est midi » ! 
Qu’elle a appris à ses enfants et élèves aussi !

A peine savait -elle écrire qu’elle dessinait des lettres sur la pierre
A l’endroit et à l’envers avec du charbon sur le sol en terre ;
Tout en écoutant ses frères et sœurs récitaient
Les tirades de Racine, Corneille et Molière! Elle retenait
Les rimes déjà par coeur  de ses drames ,tragédies
Ou comédies .

Sur un cahier d’écolier : elle a fait son journal intime ,
Dessinait des citations de lumière,faisait ses rimes .
Bien cachée entre deux lierres à l’abri des regards indiscrets :
Dans des branches inextricables :Très seule avec ses vers rimés…
Et c’est là qu’elle a changé le i
De son prénom en ye et a pris
Un pseudonyme
Raye* : dans un magazine anonyme !

Lucye Raye est née !
Elle écrivait
Des poésies d’amour:son jeune amoureux
Tout heureux
Lui répondait par des lettres d’amour
Luxure  ,amour
Et FORNICATION …
Ils cherchaient les significations
Et souriaient de La trouvaille et de l’usage :
A 15 ans le bel âge !

Au bahut ,dans les salles obscures:il fallait étudier
Elle apprenait….
Quand les autres internes en uniformes
Dessinaient la géométrie et leurs formes
Elle écrivait encore
Et encore
A la manière de Lucie de Musset
Ou Paul Eluard  : Liberté
Et des calligrammes de Guillaume Apollinaire !
Ce ne fut pas la galère !

Les recueils s’amoncelaient et la vie a continué
Et Lucye Raye a tout rangé ……
Mais une catastrophe a sévi
Un cyclone a tout pris:
Lucye Raye a disparu avec la pluie
Elle croyait que c’était fini !

Des décennies plus tard:des voyages dans d’autres îles
Les enfants adultes sont partis dans d’autres villes
Lucye Raye a ressuscité dans d’autres lieux
Avec une muse volcanique ,éruptive sous d’autres cieux !

Elle a distribué ses emblèmes
Tout en donnant à ses élèves des printemps de poèmes !

Elle a rendu les clés de son métier
Et s’est installée
Pour écrire des recueils 
Et tout ranger sur un site sans écueil !

Elle ne fait pas passer son mal être
Mais pour que sa muse explosive continue d’être
Pas à pas , sa plume: s’envole :en iberté:
Elle a la facilité
De dessiner ses lettres pour étaler ses sculptures ,
Les enjoliver ! C’est la sirène d’écriture !

Elle mange ,elle boit,elle dort: c’est une femme indépendante ,
Libre de ses mouvements et de ses rentes !

La nuit ou lors de ses siestes :
Ele se désaltère de ses vers
Elle se nourrit de sonvocabuleire
Elle s’endort…Lettre ,rimes vers et mots
Jouient du piano debout dans son cerveau
Se cachent dans ses rêves
Telle que Eve!

Au réveil ,elle les cueille et les pose
Comme une rose
Délicatement dans le nuage
Pour le plaisir des yeux qui lisent au passage!

LUCYE RAYE (Marie Lucie Mayot Crescence) poétesse réunionnaise ! 19 novembre 2016 (ce texte de mon recueil modifié pour la ligue des poètes)
*Raye: il n’y a aucune filiation avec les RAYE existants !

Renée Ma Gritthe dans Poésie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.