Renaissance

Marchant sur les vagues effluves endormies
Émanant des fleurs nouvelles du printemps,
Voguant bruyamment vers le butin promis,
L'abeille vrombit à l'éveil des beaux temps

Fièrement dressée sur leur maigre tige,
Déployant leurs gracieux pétales odoriférants
Dispersant dans la nature le souvenir des vestiges,
Les fleurs réaniment l'air des beaux temps

Quittant leur profonds abris hermétiques, 
Attirés par les curieux bruits palpitants,
Surpris par les fragrances euphoriques,
Les animaux fêtent le retour des beaux temps 

Désabusés de leur triste sort,
Insensibles à ce spectacle excitant 
S'acharnant à repousser leur mort,
Les hommes cherchent toujours les beaux temps

Giraque dans Poésie.
- 453 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.