Rendors-toi.

Rendors-toi il n'est pas encore l'heure,
Ni de se révolter ni de pleurer.
Le sang coule au royaume de la peur,
Insouciant ne sois pas écœuré.

Des fosses se creusent sans aucune fleur,
Pour des lambeaux de chair qu'il faut enterrer.
Et quand il n'y aura plus de vainqueur,
Reviendra l'innocence de l'enfant éploré.

Finalement de cette vie de terreur,
On aura rien appris des désespérés.
Ils sont revenus de toutes ces horreurs,
Pour que cesse ces guerres de dégénérés.

12 Oct 2012

Omar de Lyon dans Poésie.
- 86 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.