reve ecliptique

REVE ECLIPTIQUE

Nature silencieuse d'une ombre morte,
Suspendue en apesanteur devant ma porte,
L'objet de ma contemplation ultime:
Les  choses, les verbes et les mots intimes,
Répétés un soir, au clair-obscur d'une lune
De fiel, si démesurée, que je la voyais brune.

Sous le tir incessant des sombres projecteurs,
La lumière blafarde dansait, se noyait au fil des heures,
Laissant glisser dans l'air métallique cette poussière,
Poussière pourpre, inégale, se changeant en bataille meurtrière.
Puis, m'apparurent soudain, dans l'étrange miroir d'un ciel immaculé,
En longues robes diaphanes, des nymphes, belles et civilisées.

Éclatement! Embrasement! Les yeux de l'illusion s'ouvrent enfin,
Le nez des gradés intellectuels ne sent pas la douceur de cet air si fin.
C'est le feu de la terre qui se libère, cet incendie éclatant en moi.
Cet espace amer, mêlé de mélancolie, explose, brisant mon émoi.
Étoiles bariolées se mélangeant aux astres lumineux, mondes inconnus,
Un tourbillon magique m'emporte au-delà de ces planètes presque nues.

Je transpire! Je bouillonne! Je blanchis! Je suis tout chose!
Je frissonne tout au long de cette nuit bizarre et morose!
Suis-je un colosse d'argile prenant la poudre d'escampette?
Partir, fuir, quitter ce rêve étrange sans tambour ni trompette!
J'entends mes pas parcourir ces sentiers vides et délavés!
Vite! Vite! Je cours! Je navigue! Je songe à ma liberté!

Je me réveille sous les couvertures nostalgiques,
Au grand désespoir de cette nuit magnétique...

Puis soudain, J'ai faim d'une pierre de jade,
                     J'ai soif d'un diamant éternel,
                     Je rêve d'une longue nuit d'ivresse...

m.dominique0153 dans Poésie.
- 1391 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.