Rêverie d'enfance

Toujours troublé quand je te vois
Et toujours en émoi
L'envie de te baiser
Te prendre et de te serrer
Dans mes bras tendrement
Battait à chaque fois
Sans arrêt au fond de moi
Quand tu défilais devant moi
Voir, admirer ta nudité
Toucher sensiblement
À ta peau veloutée
Sentir ton souffle effleurer
Ma peau et ma joue chaque jour
Un rêve caressé longtemps
Le plus grand mal à supporter
Tout au long de ma vie
Tu étais très belle
Je me sentais aimant
Et c'était évident
Dans mon cœur dansait l'amour
Tout comme les marées
Battaient le rivage
le sourire sur ton visage
angélique me poursuit
Toujours sur mon rivage
Et dans ma vie
Il me manquait de ton amour
Cet amour si pur et durable
Le vrai et le réel amour
Me rendant insupportable
Avec une grande rancœur
Ne cesse de me ronger le cœur
Je battais les rues tous les jours
Pour chercher ton reflet
Et juste trouver tes traces
Je voulais t'apprendre l'amour
Mouiller tes charmantes lèvres
De ton premier baiser
T'avoir dans mes bras pour toujours

Marguerite Voltaire

(P.R.L à M.V) l'histoire d'un garçon incapable dans son jeune âge de faire cette déclaration d'amour qui le rongeait à une séduisante fillette.

De Margotin dans Poésie.
- 272 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.