RICHTER

RICHTER

Tout en minimisant le présent,
A Sion, j'inhale des particules.
Ailleurs, à un autre moment,
Je m'entrave dans les tentacules
De la mangrove du temps.
Sombrerais-je dans le ridicule,
Parfois, un instant,
A titiller les virgules
Et les points d'interrogations ?
Tout semble si gluant
A la surface des bulles de la spéculation,
Morne décor pour une morte saison
Où les mots agités de ma composition
Résonnent des séismes de la contestation.
En attendant la contagion,
J'inhale, tout en minimisant,
Les âpres particules de l'abnégation.
C'est navrant.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 159 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.