S (ol) I D (e) A (mour)


un texte à la recherche d’une musique 
c’était pour une commande, mais le compositeur n’a pas donné suite…

S (ol) I D (e) A (mour)

Enrobé de malheur
Tu fais partie du lot
De ceux qui ont perdu
Des instants de repos

Caressant ta douleur
En gestes dérisoires
Tu n’as comme salut
Qu’une étincelle d’espoir

Le Sida
Ça n’arrive pas qu’aux autres
Le Sida
Te ferme bien des portes

Ton regard est trop creux
Depuis qu’on t’a miné
Tu te fais du mauvais sang
Tu n’es plus animé

Le visage terreux
T’as perdu de la graine
Tu bafouilles en rêvant
À des îles lointaines

Le Sida
T’envahit de reproches
Le Sida
Fait s’enfuir bien des proches

Et moi qui t’ai connu
Du temps de ta splendeur
J’ai tous mes souvenirs
Qui doucement se meurent

Tu es bien trop déchu
De sentir sur ta peau
Ce mal dont l’avenir
Te réduit en lambeaux

Le Sida
Se repaît de ton corps
Le Sida
Se fout de tes efforts

Mais je devine tout à coup
Sur ton visage fermé
Les prémices d’un sourire
Et j’entrevois sur ton cou
Une veine se gonfler

Tu as au fond de tes yeux
S’échappant de ta colère
Une lueur de désir
La chaleur d’un nouveau feu
Tapissant notre tanière

Enfin
Tu relèves la tête
Pour un nouveau combat
Et je te fais la fête

Tu sais
Je serai toujours là
Tout près de toi

Tu sais
Je serai toujours là
Tout près de toi…
Tout près de toi

Bernard PICHARDIE
texte déposé

Bernard Pichardie dans Poésie.
- 101 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.