Sabine

Sais-tu que je pense toujours
A toi lorsque tu es partie
Bien que tu parlasses à une
Iris joyeux de la connaître
Nature et fraîche quand elle dansait
Et toi, tu rêvais à ta mère.

Philippe.

desboisphilippe dans Poésie.
- 591 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.