Saint Valentin

                                      Vie sans passion, vie morne sans frisson,
                                      Cupidon, rayonnant d’amour divin,
                                      Voit dans les cœurs, s’appauvrir les moissons,
                                      Carquois en main, garde foi, mais en vain !...

                                      Point d’âme rose, ce sombre matin,
                                      Ô ! Triste poésie, sans horizon…
                                      Peste soit ici-bas, l’esprit malin !...
                                      Bel ange d’amour, es-tu moribond ?

                                      En notre Dieu, persiste la raison,
                                      Céleste amour, n’aura jamais de fin !...
                                      Point de saison, pour les déclarations,
                                      Eve et Adam, assument le destin…

                                      Cupidon, en son trône souverain,
                                      Entend, prières d’amour en fusion !...
                                      Le créateur, en son cœur est atteint,
                                      La fille d'Ève, pleure à profusion…

                                      Sans tarder, veut connaître la raison,
                                      Valentine, Aime son Valentin !...
                                      Mais Valentin, n’est point à l’unisson,
                                      Ô ! Mon Dieu ! ...Ma passion n’est que chagrin…

                                     Seigneur, Bonté divine, Esprit Saint !
                                     Détresse, louanges et dévotion,
                                     Dieu Cupidon doit aider ! « C’est humain » …
                                     Prend arc et flèche, sans hésitation !...

                                     S’apprête, avec grande précision,
                                     Valentin le jouvenceau, est atteint,
                                     Amour et désir, jouent leurs partitions !...
                                     Voici réunis, deux cœurs orphelins,
                                     Et tourtereaux, dans le jardin d’Éden

                                     Cupidon s’efface, planant au firmament,
                                     Contemple l’univers, d’un air compatissant,
                                     Voit le monde humain et s’apitoie tristement !
                                     Bénit ses protégés, avec contentement !
                                     Tous deux dans le bonheur, que Dieu leur a donné.

                                     Valentine de son Valentin est comblée,
                                     Valentin, de Valentine pure beauté,
                                     Vénus et Adonis, enfin sont réunis !...
                                     Deux colombes amoureuses, préparent leur nid,  
                                     Comme nos Bien-aimés, dans un monde de paix,
                                     Roucoulent, rêvent de chérubins à couver !...                              

                            Voici comment naquit, un beau matin, l’amour de Valentin !
                            La légende ne dit point, s’ils étaient nés, ou devinrent Saint !
                            Ni pourquoi à lieu, la fête de Saint Valentin !
                            Merci à Cupidon, d’avoir caché en nous, un peu de Valentin !
                            Et de trouver, Valentine en chemin !
                            Chacun, doit chercher en lui-même, son propre Valentin !...

L’important n’est pas la fête de Saint-Valentin ! ... Mais, d’avoir l’envie « avec sincérité », d’offrir une rose rouge ce jour-là, malgré le nombre des années écoulées ! ...
Trouver les mots trop petits, insignifiants, pour exprimer ce qui est dans le cœur, qui grandit avec l’âge, s’épanouit …
Alors, il reste l’opportunité de l’écrire…
Puis, si un jour la main est trop fatiguée... Il restera nos yeux ...
Puis, si un jour la nuit nous surprenait… Nous nous rapprocherions…
Puis, si un jour cela ne suffisait pas, nous aurions encore nos souvenirs…
Puis, si un jour… Après il y a l’éternité…

Noel Turo dans Poésie.
- 1250 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.