Sainte Anne la palud...

Le temps passe
Gare Montparnasse 
Nostalgique,  les années soixante 
Souvent me hantent 
Le train à vapeur 
Roulait pendant des heures 
À travers la campagne verte
Du wagon, la fenêtre ouverte 
L. Odeur de fumée 
Du charbon brûlé 
Masquait les parfums d. Été 
Kimper et sa cathédrale 
Une ville de province idéale 
Le vieux car serpentait
Jusqu'au bourg de plonevez. Porzay. 
À ĺocronan sur la place 
Arrêt, crêpes, et glaces. 
Job le sculpteur 
Travaillait sous la chaleur 
Sur un morceau de bois 
Sculptant. Le visage d.un roi
Les blés ondulaient sous la carresse du vent. 
Les champs jaunes se melangeaient au bleu de l. Océan 
Tout était douceur 
Tout parlait:"bonheur "
À l. Horizon pointait le fier clocher
Droit comme un men. Hir. Levé 
De ce bout de Finistère 
Entre ciel, landes et mer
Mon jolie hameau 
Une perle, un joyau . 
Dans les dunes armoriques 
On jouait aux cowboys et aux indiens 
Au bout de l. Océan, c.était l. Amérique 
Plage immense, je m.en souviens
Jusqu'au crozon. Morgat 
Baies ou couraient les régates 
notre chasse au trésor 
se fixait sur une étoile de mer comme un louis d. Or
À flanc de collines, un blockhaus allemand  

Montait toujours la garde 
Sur les combats des flots géants 
Avant que les années ne le dégradent 
Ici les panzer avaient perdu bataille 
Devant navy. Et mitraille 
La guerre avait finie
Sur des plages inouïes 
Sur le cri des mouettes 
Maintenant l. Histoire restait muette 
Le temps avait fait son oeuvre 
Se disait petite pieuvre 
Sous les rochers d. Algues vertes 
Sur la baie de douarnenez déserte
Seule une voile offerte 
Troublait l. Atlantique 
Sur une houle chaotique 
On entrait en terres celtiques 
Ou la croix du triskel magique 
Sur les murs était  gravée 
Pour du sort se protéger 
L. Église était silencieuse
Les heures religieuses 
Le vieux calvaire de lichens et de pierres
Prononçait de secrètes prieres 
Aux marins disparus en mer 
Au sol de grands hortensias mauves
Poussaient entre ardoises et granite fauve 
... Eugène boudin sur une toile de coton
Avait peint le grand pardon 
Avec sainte. Anne en procession 
Ou les fidèles marchaient entre genets et chardons 
Au grand hôtel de la plage 
Je revoyais Gabin et son allure sage..
Aujourd'hui dans ce Paris tout gris
Quand je marche sous la pluie 
Mes pensées voyagent en automne 
La bas, vers ma plage bretonne 
Je revois mon petit frère adorable 
Construisant des châteaux de sable 
La haut du paradis 
Il me dit:"
Remettons nous à l. Ouvrage 
Ne tournons plus les pages 
Rien n est jamais fini
Tout recommence ici; dans l. Infini..! 

delta delta dans Poésie.
- 373 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.