Sans fin

j'ai commencé un jour soudain 
Dans une chambre loin du quotidien 
près d'un chêne qui peine 
à lutter contre sa haine 
celle de vivre à l'infini 
Aux portes du paradis 
l'esprit frais qui vit en paix 
dans le bois des femmes objets 
la vie continuera ainsi
autant que ses phrases , jamais seront finies
 

Franck Smallt dans Poésie.
- 649 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.