Sans titre

Un murmure : Cest le souffle léger du vent
Qui soulève le feuillage des arbres.
Un sourire : Cest de la joie sur des visages
Denfants, cest de la beauté dans les coeurs.

Le temps : Obscur débat de la vie,
Cest un violent combat contre la mort.
Cest une vision qui se cache derrière
Les saisons aux ailes frémissantes.

La mer : Immense miroir qui brise les bateaux,
Le temps sengouffre au fond des grottes marines,
Imperturbable, et limpétuosité des vagues
Me pousse vers dautres continents.

Le ciel : Merveilleux espace lumineux rempli détoiles
Eternelles, semant la poussière sur leur chemin.
Etincelles despoir, éclairant parfois la route
Aux voyageurs indécis et courageux.

Le vent : Souffle du temps venu dun gouffre amer,
Abîme sans fond, fluide galactique,
Il fait gémir les pauvres, éparpille les nuages.
Le vent tourne les pages de la vie.

De ces instants qui ont brûlé mes racines,
Il ne reste que des cendres encor fumantes.
Sur mon esprit de marbre, en ma mémoire
Noyée, je cherche des bribes de souvenirs.

Perdu dans le nu de ce paysage tourmenté,
Essoufflé par tant de vains efforts,
Je nai point trouvé la pierre de lalchimiste,
Je retourne au point de non-retour.

Le poète que je crois être va chercher
Dans les étoiles ces fleurs froissées
Que tu aurais voulu avoir en tes mains,
Que jaurais voulu toffrir, tel un cadeau.

Je men irai par delà les forêts magiques,
Je sécherai mon lacrymal avec mes souvenirs.
Les elfes me suivront et murmureront :
“ Regardez! Cest le poète! Cest lui, le rêveur! ” ...

m.dominique0153 dans Poésie.
- 876 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.