Séjour

La vie nous accueille à vouloir nous unir
Unir au voyage au creux de la Noblesse
Noblesse qui croise parfois cette détresse
Détresse des Hommes qui peuvent infléchir
Infléchir de leur choix et de leur maladresse.

Maladresse, guerre, jugement d'une action
Action politique amenant à la rage
Rage et désespoir dans une direction
Direction vers la paix reste la seule image
Image illusoire ne laisse qu'un mirage ...

Mirage d'un monde où des Hommes écorchés
Écorchés de leurs jours qui deviennent réels
Réels esclavages à prier sous des ciels.
Ciels venant de l'enfer sous des réalités
Réalités des nuits qui appellent aux éveils
Éveils de leurs idées de finances dorées
Dorées pour des futurs vivant industriels
Industriels crevant des vies à peine jouées ...

Jouées, manipulées, des poupées étourdies
Étourdies des médias pour être à l'unisson
Unisson des esprits qui n'ont qu'un seul démon
Démon des puits sans fond qui crie nos ironies
Ironies de la mort, Abaddon vit nos vies !

Vies dans ce voyage où l'Amour vit encore
Encore quelques jours, encore quelques nuits
Nuits de solitude où le temps nous dévore
Dévore nos années de nos âges réduits.
Réduits de tristesse qu'une larme évapore
Évapore d'achats, qu'ils eussent été détruits
Détruits et reconstruits pour tout ce qu'on ignore
Ignore les chagrins qui en seront séduits ...

Séduits, les Hommes aiment le parfum de l'argent
Argent et or, anneau qui sans vœu nous marie.
Marie devient un nom, un éternellement
Éternellement là, sans un désagrément 
Désagrément perdu à trouver l'idiotie
Idiotie inventée pour être dépendant.

Dépendant ! Ô mon Dieu ton jour immaculé !
Immaculé départ, voyage vers la Mort
Mort et vie séparées par le point d'arrivée
Arrivée pour partir désolé et navré.
Navré de délaisser de la vie son confort
Confort qui nous attend ailleurs, sur l'Héliport
Héliport de nos vies vers une éternité
Éternité s'écrit, poème terminé ...

lettre dans Poésie.
- 1193 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Séjour

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
La plume du poète Si ma mémoire est bonne c'est un Anadiplose ?
lettre Ou une acrostiche ça dépend où on regarde
La plume du poète les jours de la semaine c'est bien vu
il faut avoir un talent pour écrire des choses pareilles ce n'est pas donné à tout le monde
en tout cas j'apprécie ce genre d'écriture...
A ce jour, je ne connais qu'une seule personne qui est capable d'écrire une telle merveille
et je lui doit beaucoup...
La plume du poète Il ne manque plus que les rimes axiales dotées de rimes masculines et féminines
mais pour vous, rien de plus simple...

La plume
lettre L'Alternance rimes féminines/ Masculines y est, et si aucune erreur c'est alexandrin. La rime axiale a prit une connotation puériles aujourd'hui, je préfère la laisser de coté.
C'est sûr qu'il est plus compliqué d'écrire ainsi que de voler des vers d'auteurs connus ou peu connus ... Mais bon chacun fait comme il veut.
La plume du poète J'ai connu une femme qui était poétesse
elle écrivait des vers plein de sagesse
vous lui ressemblez beaucoup
mais cela reste entre nous !

Elle pouvait écrire n'importe quoi
elle n'avait qu'à faire son choix
elle était vraiment très douée
et sur elle, j'avais un regard, posé !

Quand je la regardais travailler
j'étais installé près d'elle
cette envie dont nous voulions partager
prenait des sens très personnels !

Elle travaillait sur le littéraire
dans un élan d'enthousiasme
elle avait l'Art et la Manière
de dénicher des pléonasmes...
lettre Au moins ça vous inspire des mots qui sont votre, c'est déjà ça ...
Je n'ai qu'un seul pléonasme qui me vient, mais ilne vous plaira peut-être pas.
C'est un Menteur mythomane ...
La plume du poète Rien ne peut plus me déplaire à présent...
lettre Plaire ou déplaire ?
Le reflet de l'opprobre que t'offre le miroir
Quand tu n'es pas si sobre d'un mensonge d'espoir.
Quand tu vois cette image qui chaque jour vieillit
Celle de ton visage dans l'orgueil enlaidit.

Le reflet de la honte te juge le matin
La solitude monte, tu complais le chagrin.
Ô rien ne peut déplaire, le malheur est bonheur
D'un reflet solitaire la douleur dans le cœur.

Miroir, pauvre miroir te voici donc un homme
Son reflet dans le noir n'est que celui d'un gnome
Et sans nulle valeur il aime à faire du mal !

Le reflet de la peur devient si peu banal
Miroir, pauvre miroir, ferme donc tes yeux
Aujourd'hui dans l'espoir d'avoir trouvé bien mieux.
M08 Beaucoup de métrise
lettre Merci M08, on essaye en tout cas, mais sans en oublier le délice du lâcher prise
Perceval J'aurai pu lire une strophe par jour mais tes mots sont trop accrocheurs pour attendre !!
Ta plume est géniale !! bises
Marc
lettre Arrête je vais rougir

Libre comme l'Art

Poésie  1515    15  

Tu ne me manques plus

Poésie  894    11  

Le goût de l'Enfer

Poésie  1009    5  

Dieu ?

Poésie  1208    4  

Un homme juste

Poésie  529    11  

L'arbre à Cons

Poésie  924    8  

Origines

Poésie  641    6  

Baiser paternel

Poésie  482    16  

Fêtons nos morts

Poésie  799    3  

Le triste Joyeux et La ...

Poésie  368    11  

Le cerveau et l’esprit

Poésie  550    4  

La Plume

Poésie  836    6  

RETROUVAILLES (4) suite et fin

Littérature  934    17  

René Char

Illustres ...  1309    3  

Pierre Loti et Aziyadé

Un Homme ...  1369    4  

L'étalement de boue de ...

Poésie  865  

HARRAG ( la vague du ...

Littérature  1154    4  

PIERRE

Poésie  660    7  

Actus #5

Actualités  1087    3  

Fais attention...

Poésie  825    5  

En attendant Bojangles - ...

Métiers ...  3801    10  

Partie 5 - À l'ombre de ...

Littérature  783  

Extrait 4 de "Balade dans ...

Inclassable  321    5  

A NOUS CHERS DISPARUS......!!!

Poésie  976    11  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.