SOLAIRE

SOLAIRE

Miss Hill, du haut de sa colline,
Observe les allées et venues
Des androïdes menant la battue
Des serfs aux paroles anodines
Échappés des mines du Super-flux.

Miss Hill, le soleil dans les yeux,
Interpelle les imbéciles
Attirés par des biens futiles
Tels les esclaves soucieux
De se mêler à l'inutile.

Miss Hill, ex Madame Cantonné,
Autrefois si docile
En son statuquo immobile,
S'est enfin révélée
Á la vue de ses ennemis fragiles.

Miss Hill, du haut de sa colline,
Entame un battement de cil  
Et d'un claquement de doigts agiles
Biffe les peurs assassines
Pour mieux sculpter dans l'argile
La genèse d'une paix divine.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 28 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.