Solitairement

Solitairement

Solitairement je pense a celle que j'ai toujours aimée
Opus béni me maintenant sur ma ligne de vie
L'Amour que je lui porte restera pourtant inavoué
Il me faudrait être fou pour lui confesser mes désirs

Mes nuits sont pasionnément hantés par son image
Arabesques émaillant mes crépuscules de ses formes voluptueuses
Il m'arrive de me laisser emporter par des sentiments pas toujours sages
Repoussant le flot de mes espérances pas toujours vertueuses

L'Amour que je lui porte est une intime possession
Mignotant de mes caresses l'organe qui régi mes Rêves
Elle s'impose a moi comme la plus belle des obsessions
Mes pensées érotiques ne souffrent de nulles trêves

Je suis seul sur mon nuage et de mon âme je lui fais don
Tout mon être lui appartient a cette Heure
Transpercé a jamais par la flèche de Cupidon
Mon cœur en saigne de bonheur



Quasimodo





Quasimodo dans Poésie.
- 124 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.