Solitude vraie

Ce texte est une réponse à Le musicien de Lucie Laval.
Je me suis fort longtemps égarée sans mesure 
Dans de fausses solitudes : des illusions !
Cela me donnait sans doute une contenance ?

Je renonce ce jour au jeu des apparences.
Ma vie ne manque plus de joyeux compagnons
Et les conversations filent à toute allure.

Pour dire quoi ? Dans quel but ? Je ne sais, mon ami.
Je ne les écoute pas - le son de leurs voix...
Eh bien ! Il me suffit. Le propos m'indiffère. 

Ainsi au sein de ceux qui toujours m'exaspèrent
Je suis tout aussi seule. Pour tout autre que moi 
Cependant, je suis bien entourée, et je ris. 

Lucie Laval dans Poésie.
- 1343 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.