Songe printanier

Il mest dur cette nuit de parler doucement mon ami
En effet mon costume assombri de mes sales manies
A tâché de rose mon humeur morose. Crois-tu le voir bouger ?
Des millions détoiles éclairent froidement ce rose à tartiner.
Un lutin facétieux me mort à pleines dents…..

Je divague, ma forêt étendue ici bas toute nue
De la lune froide à ses yeux elle la croque à cru
Cette hanche de bois si ronde et si fol amour
Qui crois chercher en ces bois toujours.
Je my perds, mes pieds nus eux aussi senracinent.

Comprenant cest certain que mes papilles baveuses
Devant cette mousse à croquer de dentelles ténébreuses
Mes mains lattrape goulument, tel un ogre à se repaitre
De cette si tendre chaire toute pale venant de paraitre
Devant deux yeux loqueteux, ahuri.

Bar_tabass

Bar_Tabass dans Poésie.
- 996 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.