Sourire à l'humanité qui dort

Le matin..

Le matin, tandis que la terre fume
Que rosée et nuages traversent l'air
Sous le ciel pourpre de l'aurore
Il sourit en humant, l'humanité qui dort.

Le Midi

Le Midi, le soleil d'une étoffe chatoyante
Caresse son visage par les rides creusé
Il trouve la quiétude , en essuyant ses larmes
Heureux de l'épreuve supportée.

Le soir

Le soir vient d'apparaitre
Déposant sur la plaine ses teintes d'or
Et le travailleur, habitude discrete
Laisse sa sueur..un instant dehors.

mamida dans Poésie.
- 677 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.