Sous la pluie

Dans la rue se promènent les amants,
Ces couples d'amoureux, visages rayonnants,
Qu'un coup de foudre d'un étrange orage sorti
A fait partager un même coin de parapluie.
Seul, à l'abri de mon parapluie,
S'écoulent sur mon visage pâli
Les larmes de la pluie,
Je déambule ça et là,
Seuls mes pas,
Me guident,quelque part là-bas,
Fuir ce chez moi devenu sombre,
Les fumées d'un amour décombres
Tous ces parfums qu'hier encore
Embaumaient mon corps.
Déambuler sur ce trottoir,
Me fondre dans le noir
Sous cette pluie battante,
Croiser ces amants, main dans la main,
Sous la seule lumière de leur regard,
Dans le cœur,un coup de poignard,
Redouble l'intensité de mon cafard.
Où sont ces mains douces
Qui m'ont tant caressé.
Où est ce corps chaud, ces bras,
Qui m'enserraient tendrement,
Quand frissonnait mon corps.
Déambuler sur ce trottoir
Sous une pluie battante et glaciale
Avec pour seule chaleur
L'espoir d'un bistro encore ouvert,
M'asseoir devant un café fumant,
Écouter les rires des amants,
Torturer mon pauvre cœur
Sur les notes chantant l’amour,
Criant leur bonheur.
Savourer l'amertume d’un café amer,
Brûler le bleu de mes lèvres,
Elles qui ont donné, reçu
Tant de baisers sucrés !
Traîner sur les trottoirs
Sous cette pluie battante,
Suspendu au bras de ma solitude,
Sous la lumière des réverbères.
Dans le silence glacial de l’hiver
Je rentre rejoindre ma chaumière,
Les murs de cette chambre hantée
Par tous ces souvenirs d'hier
Retourner le couteau dans mes plaies,
M'endormir enfin, les larmes de pluie
Baignant toujours mon visage refroidi,
La rivière qui ne lâche pas mes yeux,
Quand cessera donc ce temps pluvieux ?!

Visiteur dans Poésie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.