Sous le voile de la nuit

Quand doucement descend le voile de la nuit,
Mon seul désir est de te posséder ma mie.
De te rejoindre dans des draps de soierie,
Enfin goûter à cet éternel rêve interdit.
Faire danser nos sens, perdre le fil de l’esprit,
Te dévêtir, enfin goûter à l’euphorie,
De l'amour et toutes ses douces envies,
Le boire jusqu’à l’ivresse,à en jouir  à l’infini.
Sublime sourire des lèvres qui approchent,
S’abreuver de l’élixir de nos bouches,
Dans ces baisers effrénés qui aguichent,
Quand nos langues sortent de leurs poches et s’attouchent.
Le feu s’allume de nos lèvres qui s’accrochent.
Sur mon membre brûlant de fièvre.
Tu viens déposer des baisers douceur,
Et caresser sa capuche qui gonfle de bonheur.
Ta salive lubrifiante le couvrant de chaleur,
La promesse d'une douce chaumière.
Ta langue câline le lapant de revers,
Lui donnant un carrousel ensorceleur,
Je viens monter lentement sur ton corps,
Mes mains caressant tes reins qui se cambrent,
Ma bouche dévoreuse, ma langue en chaleur ,
S'empare de ton joli petit bouton de fleur
Dans ta caverne se faufile ma langue serpentine,
Et me délecter de la coulée de ta cyprine.
Au paroxysme de nos incessants gémir ,
Quand avec mes bras je t'entoure,
Nos deux corps ne font qu’un seul corps,
Sur nos peaux,on sent les brûlures de l'amour.
Ensemble nous chavirons dans un délicieux délire,
Les tendres aveux de nos charnels désirs...

Troubadour dans Poésie.
- 30 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.