Sous les yeux de mon fils

Il est tombé du ciel sur la locomotive
Ce chômeur miséreux  plus rien ne le motive
Fatigué de la vie du pont il s’est jeté  
Au raz du conducteur  son corps s’est écrasé    

C’est aux pieds de mon fils que cet homme  brûlait
Sous des cris inhumains son corps se consumait
Il suppliait le ciel de lui prendre la vie
Les flammes de l’enfer plutôt que la survie

Mon fils en alertant avait sauvé sa vie
Mais son corps trop brûlé en limitait les jours
Le pauvre n’était plus qu’une masse noircie
Lorsque sont arrivés les premiers secours

Il mourut dans la nuit, vaincu par la souffrance
Personne à l’hôpital ne vint le réclamer
La misère est partout elle a gagné la France
Un conducteur de train ne fait que sangloter  

chavigner dans Poésie.
- 136 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.