spleen

que de nuits ont passées bravant ma solitude.
aux mille illusions à cherché le bonheur.
j'ai crier dans le noir mes instants de tourmente
tournant aux cauchemardes et aux rêves perdu.
assis au bord du lit dans mes nuits d'amertumes
 je frémissais de froid par mes incontinences.
pensant au lendemain à ces réveils glacées.
fuyant la société ont j'en  était la honte.
je n'avais pas le temps de boire mon café
.que de mots insensés inspirer par la haine.
je partais sans manger avec le ventre creux.
couché dans le placard la peur me faisait face.
la couleur de mes draps était un vieux manteau
j'appréhendais souvent mes rentrées dans la classe
.empestant de très loin urine de mes nuits
comme un oiseau blessé qui s'est cassé une aile.
je rentrais au bercail pétrifier par la peur
et m'attardais  souvent assis sur la Terrace
comme un chien égaré qui tremble par le froid
dans la pièce éclairée par la lampe a pétrole
je restais silencieux pris par le désespoir.

jacques83navigateur dans Poésie.
- 29 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.