Strophes en trop

STROPHES EN TROP


Il me reste des restes
De toubibs et de toubabs
J’ai voulu jouer trop au nabab.
Il me suffit d’un geste

Tout m’est indigeste !

Il y a le flagorneur
Qui va flânant de fleur en fleur,

De pistil en pistils,
En s’enorgueillissant de sa flamme
Et de sa flemme.
Il va, Allant, de femme en femme
Peut - être juste pour la gagne !
Mais il a  les mains remplies de peine
Alors il cherche la « ca-ompagne »
Un compromis de nature en pagne.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 958 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.