Ta livrée d'or

 
Les automnes se vont, ô passé oublié
Les demains et le présent se vont
Quand les belles livrées de velours se défont
Perdent leurs pommant de  vertsenlacés
 
Les feuilles tourbillonnent dans le vent
Elles se déposent sur les parterres
Qui parlent en cœur d’un  mystère
Pourquoi nous rejoindre l’hiver venant
 
Quelle merveille vos ors d’automne
Laissez nous vous regardez encore
Quand sanguines vous  ranimez ledécor
Des forets rousses qui se caramélisent le home
 
Les oiseaux vous disent pressés un au revoir
Vous quittent dans la beauté de vos ocres
Ils ne veulent assister  à la mortde vos encres
Toutes ces couleurs qui se perdent au pourrissoir
 
Les brumes du matin vous enveloppent
Elles voudraient soucieuses vous protéger
Des laideurs de vos squelettes déshabillés
Qui attendent  leur neigeuxmanteau d’hôte
 
O bel arbre laisse nous mémorisé la beauté de ton cône
L’an nouveau nous apportera t-il autant de bons  plaisirs
Que nos yeux  n’eussent jamais àte vouloir  reverdir
Splendide, merveilleuse ta livrée d’or du nouvel automne.
☼ŦC
 

modepoete dans Poésie.
- 1109 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.