Tapé dans la brume

Plus je vis et plus sont brefs
Mes textes tapés dans la brume
Que je ne conçois que comme réflexes
À la peur qui me consume

Que les trajets sont longs
Entre un sourire et ma solitude
Ma solitude et mon sourire
Et ce que les deux font de pire

J’aimerais simplement fuir
Ou partir pour un long voyage
Non poussé par les circonstances
Aux manettes d’un hydravion
Je survolerais la mer, scintillante de soleil
Légère comme une aquarelle

La ville de nuit me rappelle à moi
À mes pas et à leur but
Dont d’ailleurs je ne me rappelle pas
Seules les lumières m’occupent

Un souffle cardiaque m’inspire
Instinct de survie qu’écrire
Les immeubles font une toile de fond
Au milieu est plantée ma gueule
Seule

Nisib dans Poésie.
- 40 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.