Terre des deux caps

Le vent hurle sa peine, 

La vague se fracasse en un grondement sourd, sur les mêmes et éternels bords.

Le ciel s'est tendu de gris, nuages et pluies naviguent de concert.

Derrière les oyats enracinés sur les dunes de sable,

La mer d'opale s'agite en de frénétiques jaillissements,

L'esprit des dieux semble s'être perdu sur les grèves brumeuses.

La grande falaise de craie blanche, se dresse, géante de pierre au coeur tendre,

Protégeant l'arrière-pays de la fureur des éléments.

Tout ici, est force, nuances, souffle puissant, contrastes saisissants.

Entre cap blanc nez et gris nez, la baie de Wissant offre aux regards émus, 

Une beauté sauvage, ensorcelante.

Le regard se perd ici, entre ombres et lumières, silence hurlant,

Plongeant l'âme en une indicible métamorphose,

Une plongée en une nature sauvage et préservée,

Les sens entendent l'appel de l'inénarrable, la mémoire s'imprime de l'émotion vraie.

Ainsi, l'homme sensible s'immisce au fin fond des horizons, 

Là où le soleil se fait timide, mais d'où émerge une vraie fraternité de gens simples et heureux.

Si un jour l'envie vous prenait de venir , en ce coin du bout du monde,

Sachez qu'ici, on ne peut vous promettre le soleil,

Mais surement le sourire du coeur,

Des paysages d'une force incomparable, 

Un paysage aimé de victor hugo, 

Un sentiment d'authenticité, de liberté et d'évasion.


Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 245 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.