Terre Natale

Terre Natale.

Dans ma verte campagne, les blés d’or sont coupés ,
Et des senteurs douceâtres montent de la terre,
Ma belle Picardie, des champs blonds et des forêts 
Jusqu’à la Mer d’Opale , Septembre en cette fin d’été ,
Est arrivé ,
Et je te respire , et je te sens, et j’embrasse ta beauté ,
Dans cet infini grandiose, où le silence parle à ma pensée,
Noisettes, champignons, mûres, et airelles sauvages,
La cueillette sera bonne dans ce bois d’un autre âge,
De mon enfance sacrée
Quand nous où allions par les chemins du Dimanche
Remplir notre besace des châtaignes dorées ,
Tous ensemble, ivres de joie, au coeur de la forêt
Dans mon village des Hauts de France,
On chantait,
C’était il y a longtemps, quand nous étions enfants,
On a en fait des kilomètres , en chantant à tue – tête,
C’était hier, la terre n’a pas changé, c’est comme avant ,
La nature est fidèle , c’est mon jardin d’antan,
Au ciel de mon village,
Chantez merles et fauvettes, 
Roucoulez mes colombes divines, 
et vous corneilles, grives et alouettes,
il reste encore des grains à picorer,
Terre des Hauts de France,
Balayée par les vents et les embruns
Sur les dunes de sable , et les falaises de craie blanche
Montent vers le ciel, les vapeurs océanes du matin,
Ma Terre des Cathédrales , mon rivage serein,
Fleur de Lys
Je te dédie ces vers
Picardie des Merveilles , ma France,

A nulle autre pareille .

Jeanine Chatelain      3 septembre 2017.

Picardie dans Poésie.
- 532 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.