Tes eloges joelle sifa

TES ELOGES JOELLE SIFA

Dois je te dire sans de mots durs ni pour maudire
Peut être pour te séduire et non pour te réduire
Mais pour prévenir tes désirs afin de créer en toi du plaisir
Grâce à ma parlure et mes tournures :

Que tu es une créature dune nature sans rature
Même ta caricature attire et sature
Mon cœur de convoitise. Je tassure et te rassure
Que cest sûr que ta beauté est sans mesure

Ton visage a de lesthétique tel une statue
Quon peinture dans une sculpture
Te contempler est une bonne nourriture
Provoquer la rupture avec toi est une totale aventure

Face à ta face toutes les traces de menaces seffacent
Se lassent et laissent la place à une vie de classe
A jamais jamène dans mes deux mains de fleurs
Pour te plaire et donner de lampleur à ton être, ma sœur

En chœur mon chœur uni à ton cœur
Nous affrontons toute peur et rancœur de la vie
Ta chaleur emporte le malheur en lair, ton air apporte le bonheur
Ta fraîcheur est la bonne chère de ma chair, ma chère

Comme un chercheur qui cherche son chien chéri
Ainsi je cherche ta douceur, quelle me serre dans une serre
Où je pourrais tous les jours
Jouir de la joie, jour et nuit sans ennuis

Ta présence donne un sens à mon existence
Comme la pluie arrose la terre, ainsi ton amour arrose
La rose de mon cœur. Je suppose et jose croire que tu es la cause
De la non manifestation de léclipse solaire lannée dernière

Car ta beauté fait couvrir le soleil de nuage
Pour quil napparaisse pas
Ton visage éclaire mon cœur
Comme léclaire éclaire le ciel

Je tapprécie, je te dis merci car tu éclaircis
Mon cœur lorsque le souci lobscurcit
Je veus que mon vœu se réalise : Tavoir pour toujours, te sentir,
Te ressentir chaque seconde, minute, chaque heure dans mon cœur


Ton corps est sain comme le poussin
Il est doux comme les coussins
Au sein de ton corps se créent cinq dessins
Qui inspirent comme les dessins de saints placés dans léglise

Comme une entreprise prise par la crise
Ainsi est ma vie sans toi, tous mes sens
Sont pris par les effets de ton absence
Ainsi je ne lâcherai prise aucune foi

Même si les gens disent de bêtises sur toi
Mon souci est que je te garde, te sauvegarde
Et te regarde chaque instant comme un garde qui garde
Une chienne bavarde pour quelle ne ségare de son regard

Joëlle SIFA tes yeux sont comme les œufs
Sans eux pas damour comme sans œufs pas doiseaux
Je devine que tu es une créature divine, cest pourquoi
Ta cousine ta offerte toute une usine de la limousine

Joëlle, jai besoin de ton réconfort pour que je demeure fort
Car jai fait des efforts pour te garder dans le coffre forte de ma mémoire.
Restons corps à corps encore que maintenant pour que le décor
De nos corps nous embellissent jusquà la mort sans remord

Quand je pars à Paris, je ris et je parie
Que tu es convoitable que la tour Eiffel de Paris
Lorsque tu souris ou tu ris, ton sourire ou ton rire
Nourrit mon cœur comme le riz nourrit le corps

Comme la cote divoire dit au revoir à léléphant
De la Cote divoire, ainsi tes rivales me disent au revoir
Sans lespoir de me revoir car leur miroir fait leur voir
Quelles ne méritent pas dêtre dans le couloir de belles filles comme toi

Quant tu me donnes un baiser
Tu me contamines de vitamines qui éliminent
Mes soucis, animent et illuminent mon intellect
Pour que je mime les poètes avec les rimes

Souvent quand tu passes sous le vent devant moi
Soulevant ta robe, tu laisses un vent
Qui entre dans mon ventre
Pour me rendre plus vivant

Ta salive est sucrée mais ne provoque pas la diabète
Par contre elle me rend comme fou
comme une bête qui a perdu sa tête
Elle men ivre sans quelle ne me livre au péché

Saches Joëlle que tu caches des charmes sans taches
Qui chassent les graines de chagrin plantées dans mon cœur
Ainsi quand tu apparais dans ma vie, tout change
Comme quand Michel Archange apparaît dans le combat dici bas

Dieu ta doté dyeux brillants et clinquants
Ces propos te sont dédiés pour radier et dire adieu
A toute idée noire inscrite dans la mémoire
Des tes rivales qui mempêchent dexplorer ta beauté

Chaque fois que je veus finir à técrire, les belles idées
Ne font que venir et te font devenir la plus belle fille du monde.
Tous mes mauvais souvenirs ne font que sévanouir
Et à lavenir, le désir et le chagrin samplifient à loisir de finir

Ne pouvant pas tout dire, sentant que Satan sattend et sentend
Avec ses démons pour te tuer pendant ce temps de printemps
Avant tes cent ans de vie sans tant dattentats, prétendant
Que je prétends te valoriser en te prêtant tous les mots pour te décrire,

Je préfère sans refaire les mêmes mots, finir en quelques mots
Sans des maux, en te disant ce quen moins de dix ans
Ma ravi la première fois de ma vie que je tai vu
Avec toute envie dans le parvis lors de la messe de Noël :

Ma Joëlle, il fallait que tu naisses et que je te connaisses
Pour que cesse et disparaisse la tristesse
Et quapparaisse sans paresse une vie dallégresse
Car tes yeux sont pleins de tendresse et de caresse

awazifidele dans Poésie.
- 1076 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.