TES LARMES

Ce n'est pas du vécu !
j'ai écrit le texte suite aux confidences d'une amie

TES LARMES

Une tasse sur la table
Le café refroidit
Et ta main qui s’attarde
Devant cette agonie 
Au petit déjeuner

Je me sens misérable 
Le froid de tes sanglots 
Depuis ce matin larde 
À grands coups de couteau
Notre amour trop fané 

Un léger tremblement
Du lait s’est répandu
Tes gestes se font lents
Le temps s’est suspendu

Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils perdent leurs lueurs 
Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils me font mal au cœur

Le feu de la tendresse est mort 

Tes larmes habillent mes remords 

Ta douche est écossaise
Tes cheveux tout mouillés
J’ te vois battre de l’aile
Nos sentiments brouillés
Arrachent ton bonheur

Tu n’es pas très à l’aise
Ta tristesse flamboie
Flagellant tes prunelles
À portée de mes bras
Tu maudis nos erreurs

Les cendres sont tombées
Sur les dernières chaleurs 
D’un amour calciné
Par de trop nombreux pleurs

Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils perdent leurs lueurs 
Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils me font mal au cœur

Le feu de la tendresse est mort

Tes larmes habillent mes remords

Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils perdent leurs lueurs 
Et tes yeux sont si lourds
Qu’ils me font mal au cœur

Le feu de la tendresse est mort

Tes larmes habillent mes remords

Une tasse sur la table
Le café refroidit
Et ta main qui s’attarde
Devant cette agonie 
Au petit déjeuner

Je me sens misérable
Le froid de tes sanglots 
Depuis ce matin larde 
À grands coups de couteau
Notre amour trop fané

Sur la table le lait 
Te laisse quelques taches 
Et tu te laisses aller…
Je m’en vais comme un lâche

musique   Claude ARGELÈS
paroles   Bernard PICHARDIE

http://chantsongs.c.h.pic.centerblog.net/8oxn6je1.jpg

pour écouter la maquette de la chanson :
http://chantsongs.centerblog.net/805974-TES-LARMES

Bernard Pichardie dans Poésie.
- 781 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.