Toi

Tu t’écoules sur mes bras
Tu suintes sur mon dos,
T’accostes à mon âme
Une ombre d’un fardeau.
 
Que tu sois la nuit
Des lueurs d’étoiles,
J’apporte à ta courbure
La toile de mes voiles.
 
Glisser dans ton amour
D’innocents intrigues,
Je laisse les vagues gifler
Ton sourire laconique.
 
Tu diffuses l’impure
Je respire ces mots,
Je regrette t’avoir pris
A la barre de mon bateau.

cornelius dans Poésie.
- 853 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.