Tristan et Yseult



Quand le vent souffle sur la plaine
Il m'emmène les murmures
De ces anciens amants qui s'aiment
D'un amour tellement pur

Il lui a donné son cœur
Elle a accordé sa main
C'est ce qui causa le malheur
D'une union sans lendemain

Le roi Marc pardonna
A son épouse bien aimée
Il bannit Tristan là bas
Ou sa tristesse le tuerait

Mais un mariage fut célébré 
Avec Yseult au Blanches Mains
Ce prénom lui rappelait 
Son amour pourtant si loin

Un jour blessé il demanda
De faire venir une dernière fois
Celle qu'il aimait depuis toujours
Enfin au grand jour

Mais la nouvelle l'épouse jamais honorée
Trahit alors son bien aimé
M'entant sur la couleur des voiles
Lui fit pousser son dernier rale

Yseult la Blonde désespérée
Tomba alors à ses pieds
De chagrin elle en mourut
L'envie de vivre à jamais perdue

Son époux légitime les fit revenir
Laissant retomber son ire
Creusant deux magnifiques tombeaux
Pour qu'ils soient unis dans le repos

Ainsi naquit la légende
Des amoureux tragiques d'Ecosse et d'Irlande
Qui d'un rosier et d'une vigne entrelacés
Jamais plus ne seront séparés 

MissLautner dans Poésie.
- 965 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.