Tristesse

Comme un triste navire de guerre
Qui une nuit revient au port
Sans avoir quitter l'hiver
Il le ramene a son bord

Une dernière valse avant la chute
Une etreinte avant la première lutte
Mais on connait déjà la fin
Personne n'en sortira ce matin

Au front les hommes se battent à mort
Dans les tranchées on meurent de froid
On s'entretuent au moindre tort
Et dans les maisons on est las

D'attendre un été ou la paix viendra
Alors que l'on espère juste vivre
On cloture les portes cette nuit là
Et dans nos tetes on devient ivre

De chagrin d'avoir perdu
De joie d'etre revenu
Mais moi je vois ça de loin
C'etait l'hiver pour nos soldats de Verdun.

MissLautner dans Poésie.
- 946 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.