un ami de Provence.

la maison du poète la porte est grande ouverte.
si vous passer le pas, on vous écoutera.
quel que soit votre texte n'ayez aucun complexe.
ce son tous des amis c'est moi qui vous le dis.
ils ont le verbe haut comme tous provençaux.
et parle de Pagnol comme des rossignols
de ce  sacré césar . ce n'est pas du hasard
puis d'Honoré Panisse, cela tourne au supplice.
pour c'es sacrés souliers qui lui font mal aux pieds
.la petite Fanny , elle était bien jolie..
devant son étalage , avec ces coquillages.
ce sacré monsieur Brun c'était vraiment quel qu'un.
il à vraiment l'air idiot ramassant le chapeau.
madame Honorine et sa sacré poitrine.
qui pleure de chagrin  pour ce petit marin
.le petit CESARIO et parti en bateau..
chercher la vérité sur sa paternité.
et voici Marius quand sonne l'angelus.
la belle Malaisie lui cause du souci
car il à décidé de vouloir naviguer
de ces histoires la on en racontera.
c'est un référence celle de notre enfance
.restez comme vous êtes, vous mes amis poètes.
et comme un Viel ami moi je vous remercie.

jacques83navigateur dans Poésie.
- 54 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.