Un ciel de devenir.

Que serait la terre, sans sa voûte étoilée, le bleu des océans, ses matins printaniers, ses aurores boréales ?

Que serait notre perception sans la couleur du ciel et le sentiment d'être libre et unique ?

Que seraient nos rêves, sans l'éclat de la lune, nos réveils sans la lumière naissante ?

Que serait notre projection dans le futur, sans porte pour y parvenir ?

Ouvrons la porte des étoiles, portons le regard sur l'infiniment grand, ces choses éternelles et vivantes.

Ouvrons notre imaginaire, sur les promesses d'hier et de demain.

Ouvrons nos bras au soleil, pour que se projette l'ombre de nos existences, entre verticales et horizontales.

Ouvrons l'esprit à la lumière d'un beau matin, au chant de l'oiseau de feu.

Que serait l'ombre sans la lumière, la vie sans clarté ?

Que seraient les pyramides blanches, sans le reflet sacré du dieu Râ, et la culture Atlante ?

Que seraient la vie sans le grand alchimiste lumineux ?

Que seraient nos consciences, sans un grand ciel, pour y disséminer nos espérances ?

Ouvrons nos fenêtres, nos volets, pour que viennent les rayons du soleil, et ses bienfaits ?

Ouvrons-nous au monde, dans les couleurs de l'arc en ciel, à son espace, à sa nature, au bleu du ciel et de la mer, à l'universel ?

Ouvrons toujours plus, nos âmes de lumière, à la transparence, à l'élévation, à l'écoute des murmures de la vie intime .

Ouvrons-nous enfin à notre lumière intérieur, dont chaque homme est porteur, à la beauté des sentiments, des arts, à l'amour sous toutes ses formes et manifestations.

Que serais-je, sans un ciel pour prier, sans nuage pour imaginer et rêver ?

Que serions-nous sans les nuits, pour reposer dame nature et faire passer le marchand de sable ?

Que serais-je, sans la promesse du retour de l'astre de vie, sans l'assurance de retrouver à chaque matin, la couleur des fleurs et des papillons ?

Que serais-je dans un monde sans lumière, à part une âme errante, un simple battement du temps.

Et enfin, que deviendrons-nous si nous ne pouvions plus vivre pour être tout simplement, si tout esprit de création disparaissait, cette esprit qui permet la vie dans tout l'univers, peut-être le cercle deviendrait un simple trou noir.

L'esprit de création et d'amour, voilà sans doute le secret des mondes, le souffle de vie.


Marc de st Point. 

Marc de St Point dans Poésie.
- 208 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.