UN COIN POUR REVER

   
   
    Je m'suis échappé, au grenier resté

     au siècle dernier

     ou tout est usé

     ou tout est gardé

     juste pour rêver, sur le temps passé.




     A la mi octobre, la fin de l'été

     l'envie de rêver, aux journées passées

     petite pensée, pour se délasser

     un peu voyager, et ne rien jeter.



     Et c'est au grenier, ou je suis monté

     lumière allumée,  la porte poussée

     l'air empoussiéré, l'envie de tousser

     les lattes ont craqué, sous cet invité.                                          



    Une toile d'araignée, sur bottes usagées

    un phono doré, des disques rayés

    une pendule figée, aiguilles rouillées

    mais rien n'a bougé,  tout est fatigué.


    Lettres sous ruban, pour amour classé                  

   elles ont du glisser, du tiroir tombé                

   de l'armoire cirée, aux planches bombées  

   qu'ont mal supporté, ces années passées.



   Je m'suis échappé, au grenier resté

   au siècle dernier

   ou tout est usé

   ou tout est gardé

   juste pour rêver, à ces vies passées.

Aveudoux dans Poésie.
- 249 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.