Un printemps attendu

L’hiver a été long, la neige très présente  
Devant la cheminée je réchauffais mes mains
En écoutant craquer le bois de la charpente
Malmené par le vent, pleurant comme un humain

Aujourd’hui grand soleil le printemps nous caresse
Les enfants sont ravis et jouent dans le jardin
Pour profiter enfin de la fleur qui se dresse
De l’odeur des bourgeons, de celui du jasmin

Tout au milieu des champs un arbre centenaire
Dresse son tronc noirci vers le ciel nuageux
Le vent froid de l’hiver parfois tortionnaire
A séché les rameaux  du vieil arbre noueux  

chavigner dans Poésie.
- 550 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.