UN TROTTOIR

   
 
   Je marche seul dans la cohue

    le pas pressé Les yeux perdus  

    là dans la foule sur le trottoir    

    mille talons pour un couloir.


       

    Vous, Michael, André, Julie tous nos amis  

    vous qui courez ces villes sur de longs rubans gris    

    avez vous remarqué tous ces regards figés ?  

    ou les yeux sont noyés d'avoir mal voyager.    



    Vous, Michael, André, Julie tous nos amis  

    le chrono est en fête nous voilà asservis

    on peut toujours rêver et rester éveillé

     sur nos pas cadencés pour allez travailler



    Vous, Michael, André, Julie tous nos amis  

    qu'avons-nous compris des valeurs de la vie ?  

    pouvons  nous  rester anonymes et pressés ?  

    sommes nous là pour marcher et ne rien partager ?



    Vous, Michael, André, Julie tous nos amis  

    échangeons quelques mots au soleil, sous la pluie                    

    de ces sons enchantés aux accents colorés

    qui portent les idées sans jamais les user.



    Je marche seul dans la cohue

    le pas pressé Les yeux perdus

    la dans foule sur le trottoir    

    mille talons pour un couloir

Aveudoux dans Poésie.
- 229 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.