UN VOYAGE

     Quelques fantômes aident le présent  

     à ne pas perdre le fil du temps.




     Au fond  d' mon cœur, un vrai courant

     moussé de blanc, l'écume du temps

     du fond d' mon cœur des bulles d'antan

     en quelques bonds sont au présent.  



     Le genre rêveur, me colle au train  

     j'fais des effort, mais j'y peux rien

     l'esprit pas très contemporain

     c'est ce que disent tous mes copains.                      



     Quand je m'envole, un peu trop loin

     dans un passé, qui m' tend les mains

     j'ai le regard sur le lointain

    du voyageur qui fait le point.



     Tout ça n'est que, d'la poudre aux yeux

     faux semblant, rien de mystérieux

     je suis seulement très amoureux

     de tout ce qui, n'est pas sérieux.



     Sous cape je ris sous ces cadeaux  

     les mines de ceux, partis trop tôt

     aucunes ne m'est incognito

     que des amis pas d'numéros.  



     Car sous ces faux semblants là, j'ai

     un vrai don, c'est le coup d'balai

     sur tout présent qui me déplaît  

     je redonne vie à ces portraits.



     Là suis r'parti,  il est trop tard

     j'ai perdu l' fil, de vos histoires

     politique, guerres et désespoir

     J'ai tout jeté du répertoire.  



     Et mille  excuses, pour ceux là, qui

     on mal vécu mes pitreries  

     ni voir aucune  antipathie

     juste un reflex de survie.

   

Aveudoux dans Poésie.
- 257 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.