Une goutte de Pluie…

Il y a tant à dire sur « une goutte de pluie » … Le germe de la vie, la vie, puis son évolution…
Nous oublions le chemin parcouru depuis.
- Le propre de l’indifférence, est-il d’être sourd et aveugle ?
- Se détruire lui-même, était-ce la spécificité de l’homme, lors de sa création ?
- L’humanité, aurait-elle perdu la mémoire ?
- L’intelligence de l’homme, est-elle devenue nuisible pour son avenir ?
- Quel est le sens des mots : « Fraternité et solidarité » ?
- Faut-il garder confiance en l’humanité, qu’un jour elle prenne conscience ?
Tout cela, sans faire appel à un dieu, qui « aurait » ordonné de se convertir, ou d’être exécuté par son frère…
Puis tant d’autres questions…
Alors, ensuite nous pourrons dire « Merci à la vie » …

                                                                        
                                                                Une goutte de pluie…
                                                                Cristalline, limpide de pureté,
                                                                Lasse et ruisselante d'ennuis,
                                                                D’un ciel triste, assombri par l’orage,
                                                                Dans une brume de naïveté,
                                                                A quitté son nuage...
                                     
                                                                Elle rêve, de vertes prairies,
                                                                De faire un beau voyage,
                                                                Descendre au paradis,
                                                                Sur les pics enneigés,
                                                               Qui défient la lumière,
                                                               Dans la montagne ombragée,
                                                               Découpant l’horizon, comme une broderie,
                                                               D’où s’écoulent, des sources claires…

                                                               Une goutte de pluie… Un éclat de diamant,
                                                               Précieuse faveur, du firmament,
                                                               Candide, s’offrant à l’humanité,
                                                               A une terre bénite, inassouvie,
                                                               Premier germe de la vie ;
                                                               La naissance du monde,
                                                               Perdue, dans la nuit des temps,
                                                               Perdue, comme un vieux roman,
                                                               D’un auteur oublié, depuis longtemps,
                                                               Dont nul ne conçoit, la finalité,
                                                               Une goutte d’espoir, pour l’éternité...

                                                              Une perle céleste … Pour nourrir la terre,
                                                              Imprégner, notre mère nourricière,
                                                              Pour rafraîchir, ce qui vit ;
                                                              Que faune et flore, se désaltère,
                                                              Que racines, se vivifient,
                                                              L’eau-de-vie de la croissance …

                                                              Elle imagine, son arrivée triomphante,
                                                              Dans cet univers, tant convoité…
                                                              Elle se posera, doucement,
                                                              Pour se confondre, dans la rosée matinale,
                                                              Scintiller, sur une feuille verte,
                                                              À la cime, d’un arbre roi,                                      
                                                              Où s’abreuve sa sève, son sang ;
                                                              Le soleil, qui rayonne dans la ramure,
                                                              Jouera, dans la goutte de pluie,
                                                              Irradiée, de petits arcs-en-ciel,
                                                              Où la nature magicienne, fait des cristaux,
                                                              Comme, si elle voulait revivre,
                                                              Les premiers instants, de la création,
                                                              Et tout recommencer … Renaître …                                          
                                                                                                   
                                                              Ô ! Espoirs infondés,
                                                              Quand se lève, le vent de la désillusion,
                                                              Et l’épais brouillard, sur les rêves,
                                                              Voile opaque, de la réalité,
                                                              La Dame pleure…
                                                              Ne reconnaît plus, le parfum de la vie,
                                                              Submergé de souillure et de pollution,
                                                              Se larmoie, voyant la faune errante,
                                                              Qui survit, mais geint sans se plaindre,
                                                              La flore souffreteuse, arborer des couleurs,          
                                                              Hors saisons, qui ne sont point les siennes,
                                                              Le chef d’œuvre ... La Conception était autre…                                                     

                                                              Ingrate Humanité, qui a tout oublié,
                                                              Qui écoute sans entendre,
                                                              Qui regarde sans voir,
                                                              Comme une belle vieillissante, en son miroir,
                                                              Sans occulter, son bonheur suprême…
                                                              Ambitieux dessein, d’éviter le naufrage,
                                                              Retrouver confiance, en l’humanité,
                                                              Si l’altruisme bienfaiteur, engendre l’abnégation…
                                                              Avant que ne s’enfuit, l’autre face du bonheur…

                                                              Une goutte de pluie, voulait sauver le monde,
                                                              Au chevet de ses rêves… La déception…
                                                              Le vague à l'âme, a rompu ses cordages,
                                                              Dans l’émanation invisible, de la pollution,
                                                              Dans les vapeurs obscures, de l’ambition ;
                                                              Sous le masque du « Savoir » … L’homme-Dieu,
                                                              Concepteur de son compte à rebours…
                                                              Le temps s’écoule, inexorablement,
                                                              De jour en jour, la terre se réchauffe,
                                                              Dans l’indifférence de glace,
                                                              Au loin, on aperçoit les portes de l’enfer…  

                                                             Une goutte de pluie, comme une larme,
                                                             Dans le feuillage terne, a perdu son éclat…
                                                             Dès le point du jour, aux premiers rayons,
                                                             La rosée du matin, avec elle s’évapore,
                                                             Lentement, sans avoir goûté la terre…
                                                             Elle rejoindra bientôt, sa horde de nuage,
                                                             Portée par le vent, dans la lumière céleste…
                                                             Alors elle rêvera… Un jour lors d’un orage,
                                                             Descendra au paradis, fera un beau voyage,
                                                             Parmi, monts et vallées, sources et pâturages,
                                                             L’automne, aura retrouvé ses couleurs,  
                                                             Puis le printemps, balaiera l’hiver,
                                                             Les pluies d’été, feront des petits arcs-en-ciel,    
                                                             Enfin, l’homme aura compris…
       

Noel Turo dans Poésie.
- 923 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.