Une nuit par jour je pense à toi

Une nuit par jour comme celle-là
Je ne dors pas je pense à toi
Tu me manques je n'ai pas les mots
Heureusement que nous nous aimerons bientôt

Tout ce que l'on s'était promis est bien loin à présent 
Tout ce que l'on s'était promis est rendu fou par le temps 
À mesure que nos consciences semblent se libérer je peux
Me rendre compte que par un baiser de toi je m'étais mis en feu
On pense que nos crânes ont raisons de prendre du repos
Heureusement que nous nous oublierons bientôt

On reste fiers de ce qu'on fut
On voit le bonheur on s'y rue
Et on redevient ces deux enfants qui espéraient à en boire les étoiles et en aspirer le ciel

Les rancoeurs ne partent jamais tôt
Heureusement que nous nous annihilerons bientôt 

Nisib dans Poésie.
- 953 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.