Vers doyants

Déambule le flâneur curieux à la vue des claires orées Utopique voyageur entre les légions de ramées dorées Bourg drômois que ce vert poumon emplit d'humeur
Or émeraude quisel'on le pas des saisons vit ou meurt
I
nsouciant et tranquille va le visiteur parmi le bocage
Sur l'onde du Charlieu miroitent jeunes et vieux âges
D'amandiers, d'acacias, de charmes et puis de frênes
E
xultent ces arpents de leur opulence toute riveraine
Somptueuse aquarelle mouchetée de nuances sereines
Nul ne s'égare jamais au hasard des chênes séculaires
A moins qu'il ne s'endorme sous leurs ombres solaires
Ilot de cocagne qui prête à chacun des joies soudaines XII hectares sont pour les péagois un magnifique éden VERILHAC Aubin

Aubin Verilhac dans Poésie.
- 1173 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.